/
4/5

1 avis

Roissy

Tavernier, Tiffany

Edité par Sabine Wespieser éditeur , 2018

Sans cesse en mouvement, tirant derrière elle sa valise, la narratrice de ce roman va d’un terminal à l’autre, engage des conversations, s’invente des vies, éternelle voyageuse qui pourtant ne montera jamais dans un de ces avions dont le spectacle l’apaise. Arrivée à Roissy sans mémoire ni passé, elle y est devenue une « indécelable » – une sans domicile fixe déguisée en passagère –, qui a trouvé refuge dans ce non lieu les englobant tous. S’attachant aux êtres croisés dans cet univers fascinant, où personnels navigants ou au sol côtoient clandestins et laissés-pour-compte, instituant habitudes et rituels comme autant de remparts aux bribes de souvenirs qui l’assaillent et l’épouvantent, la femme sans nom fait corps avec l’immense aérogare. Mais la bulle de sécurité finit par voler en éclats. Et quand un homme, qui tous les jours vient attendre le vol Rio-Paris – le même qui, des années auparavant, s’est abîmé en mer – tente de l’aborder, elle fuit, effrayée. Comprenant, à sa douceur et à son regard blessé, qu’il ne lui fera aucun mal, elle se laissera pourtant aller à la complicité qui se nouera entre eux. Magnifique portrait de femme rendue à elle-même à la faveur des émotions qui la traversent, Roissy est un livre polyphonique et puissant, qui interroge l’infinie capacité de l’être humain à renaître à soi et au monde.

Chargement des enrichissements...

Avis des lecteurs

  • Roissy 4/5

    Tiffany Tavernier a enquêté pendant des mois à l'aéroport de Roissy, "ce territoire magnifique", pour comprendre le monde des indécelables. Ils sont invisibles, SDF se confondant avec les 120 millions de voyageurs qui transitent chaque année à l'aéroport. Parmi eux, il y a cette jeune femme élégante, assise seule, assistant "au déploiement du monde". Qui est-elle ? Pourquoi est-elle là ? Le roman raconte magnifiquement comment renaître au monde et à soi quand on s'est perdu, qu'on a tout perdu.

    par Sophie de la médiathèque E. Caux Le 02 octobre 2018 à 13:10